Rien à voir avec la poésie, encore que... Un documentaire étonnant est sorti récemment sur les écrans : "Joe Strummer, the future is unwritten." En 2007, on est un peu obligé de dire qui était Joe Strummer. Quand on dit "The Clash'", on répond en général : "Ah oui, bien sûr". Quand on dit "Strummer", les jeunes générations font plutôt : "?". Bref, Joe était le chanteur de ce groupe. Le leader aussi. Mais ça reste aujourd'hui très anecdotique, ces précisions. Le Joe est mort en décembre 2002. A 50 balais. Une personnalité à part, immense, originale et forte. Rien que ça ;-) Sa mort a provoqué un émoi dans le monde entier. Des millions de personnes s'étant reconnues dans ses textes. Car plus qu'un chanteur, Joe était un épatant parolier. Tous les disques des Clash témoignent de ce talent. Et oui, à l'arrivée, à force d'écoute, force est de reconnaître que la poésie était sienne. Comme tous les esprits ouverts, sensibles, à force de se coltiner les petites gloires et les grandes misères de ce monde, Joe avait des pensées prémonitoires... Dont celles-ci, qui tombent à la fin du docu :

En anglais :

‘Greed, it aint going anywhere. They should have that on a big billboard across Times Square. Without people you’re nothing, that’s my spiel.’

En français :

"La cupidité ne nous mène nulle part. Ils auraient du afficher ça en poster géant à Times Square. Sans les gens, vous n'êtes rien. C'est mon sentiment."

joestrummer

Un mec à part donc. (Cliquez sur l'image pour avoir des extraits sonores super de ce docu).