Ca ne rime pas, mais ça va très bien ensemble.

Excellente soirée passée à Paris sous l'égide, poétique forcément, de Sania.

Ca faisait une éternité que je n'avais pas passé une soirée "slam". Et celle-ci, assez différente des autres, est sûrement une chouette évolution des scènes habituelles.

Le topo est simple et agréable : deux (très bons) musiciens accompagnent le poète au micro. Ils trouvent le bon accord, le bon tempo... Et le miracle se produit : la poésie prend ainsi de nouvelles couleurs, de nouvelles formes.

Bon, ça suppose quand même de disposer de musiciens talenteux. Car rien de plus difficile de déceler en quelques secondes l'esprit d'un poète, l'esprit de ses textes.

En tous cas, Juju Child, un guitariste jamaïcain, et deux acolytes à lui au saxo, ont illuminé cette soirée placée sous le signe du calme.

Et oui, ça m'a beaucoup changé à titre perso, et j'ai beaucoup apprécié : la musique était très douce et les textes des poètes s'en sont d'autant imprégnés.

On peut jouer si l'on en a envie avec les musiciens. J'avais sur moi mon harmonica et j'ai pu jouer tranquilou mon petit morceau...

Bravo Sania et tous les autres, comme me l'a glissé mon pote Pierkiroule qui m'accompagnait : "C'est classe comme soirée."

Un petit aperçu de ces soirées qui ont lieu de temps en temps au Kiosque Flottant, Bel Horizon, sur les quais François Mauriac à Paris, dans le XIIème, non loin du Pont de Tolbiac.