Jeu de mot facile. Quelques semaines passées à Bali et toujours ce choc face à ce mastar de volcan qui, au lieu d'écraser les rizières de la vallée de Sidemen et d'Iseh, la fait resplendir, bien aidé par son pote le soleil brûlant comme au premier jour de l'humanité. Le lever de soleil dans ce coin a quelque chose de vraiment spécial : quelques minutes entre 6 et 7 heures du mat' qui vous font revenir 20 000 ans en arrière, au-moins.

Détail étrange : en 1963, lors du jour de la grande fête nationale balinaise qui a lieu une fois par siècle, le Agung a vu rouge lors d'une terrible éruption, tuant des milliers de gens. A devenir mystique je vous dis....

patal

Bali, c'est pas balaud

Bali, ça attire pourtant pas mal de lourdauds

Bali, une fois que t'y as gouté, ça te colle à la peau

Bali, pays de toutes les chimères qui font du sous l'eau

Tous les chemins ne mènent pas à Bali

Les dieux les premiers l'avaient compris

Derrière l'ombre d'un volcan, devant un bol de riz

Bali est un songe, Bali est un soupir, Bali ne sera jamais un cri